L’augmentation

La semaine boursière écoulée s'est révélée plutôt positive pour la place parisienne, le CAC 40 étant même revenu vendredi au contact des 4.000 pts ! Cette progression est due principalement à la bonne tenue des indices américains, tirés par les bons résultats d’APPLE ou de la surprenante FACEBOOK. Premier constat : les grands groupes internationaux bien résisté. Chez les sociétés de moyenne ou de petite taille exposé aux marchés européens / français, les déceptions ont plutôt été nombreuses sur la place parisienne avec des CA en berne, des rentabilités en baisse et de nombreux profit warning. Quelques statistiques ont néanmoins mis en évidence un frémissement de l’économie européenne … et française ! Cela reste évidemment à confirmer dans les prochains mois.
La vedette de la semaine est sans aucun doute DERICHEBOURG qui est entré en négociation exclusive pour céder sa filiale d’escale aéroportuaire Servisair à Swissport. DERICHEBOURG pourrait en tirer jusqu’à 500 M€ ce qui lui permettrait de se désendetter. DERICHEBOURG se privera néanmoins de son bijou qui lui assurait plus de la moitié de son résultat opérationnel.
Le marché est devenu hystérique avec les équipementiers autos. Les valorisations sont devenues trop élevées, je pense notamment à PLASTIC OMNIUM ou à MONTUPET et pourtant les titres continuent de monter. Les résultats sont certes superbes mais payer un équipementier auto comme PLASTIC OMNIUM à un PER > 13 ne me parait pas raisonnable, voire surréaliste. Historiquement, les PER de ce secteur sont inférieurs à 10.
Un titre comme LE BELIER s’est même permis de flamber de 18 % en cours de séance alors que la société avait annoncé un petit PW. Bien que la société devrait afficher un PER 2013 < 6, un tel comportement aurait été inconcevable au printemps. En effet, fin 2012, de nombreux acteurs affichaient des PER de 3 voire moins et personne ne s’y intéressait. Les investisseurs anticipent vraisemblablement un fort redressement du secteur auto. Il faut reconnaître que les équipementiers auto se sont superbement restructurés depuis des années et sont capable de dégager de bons chiffres même en cas d’un marché auto atone. Seul MGI COUTIER, exposé au marché américain, a mes faveurs du fait d’une faible valorisation. De nombreux titres se sont d’ailleurs échangés sur les 60 € en fin de semaine… avant un probable décollage.
On surveillera la petite TOUPARGEL qui amorce un redressement opérationnel. Malgré une baisse de CA de 10 %, le titre s’est permis de doubler ses bénéfices au S1 ! A noter que la famille Tchénio contrôle près de 90 % de son capital. A leur place, c’est maintenant que j’opérerai le retrait de la bourse afin de profiter pleinement des efforts consentis et des dividendes à venir … à suivre … j’y reviens plus bas. La perte semestrielle de BULL a été compensée par l’augmentation de 20 % des prises de commande. Ces mauvais résultats étaient visiblement anticipés par les investisseurs. Il faudra compter sur BULL dans les prochains mois malgré une forte consommation de trésorerie et des marges qui ont du mal à décoller.
GUERBET a été fortement sanctionnée, tant mieux ;), on va pouvoir de nouveau s’y intéresser.
PRISMAFLEX continue de profiter de la hausse de son carnet de commande (+102 %) : le titre s’adjuge encore 18 % cette semaine (+40 % sur 2 semaines). On suivra aussi AUREA dont le management semble plus optimiste. Le titre reste très décoté.
La fusion annoncée ce dimanche entre PUBLICIS et OMNICOM pourrait relancer la spéculation sur les titres comme HAVAS voire IPSOS qui pourrait se faire racheter par une grosse agence de publicité. La Chine et l'Union européenne sont parvenues samedi à un accord sur le contentieux commercial de plusieurs milliards de dollars qui les opposait sur la vente de panneaux solaires chinois à l'Europe. Cette news pourrait favoriser le titre MERSEN.